L’ASNU a formulé une réponse à la consultation sur le projet du Conseil fédéral de Stratégie pour le développement durable 2030 (SDD 2030). Cette Stratégie pour le développement durable vise à définir la manière dont la Suisse mettra en œuvre l’Agenda 2030 d’ici à 2030.

L’Association Suisse-ONU soutient les objectifs de l’ONU, en particulier l’Agenda 2030 et ses 17 objectifs. Ils constituent le lien le plus fort entre l’ONU et la population suisse. Tout d’abord, cet Agenda porte sur des dimensions fondamentales des modes de vies de nos habitant.e.s, sur des changements collectifs et individuels et sur des transformations profondes à réaliser en à peine 9 ans d’ici 2030. De plus, la Genève internationale et son réseau d’acteurs internationaux, étatiques et non-étatiques constitue un lieu central de la mise en œuvre internationale de l’Agenda 2030. La Suisse, comme Etat-hôte, a un rôle et une responsabilité accrus de ce point de vue. Enfin, la Suisse, ses autorités comme sa société civile, a joué un rôle important et a contribué activement à l’élaboration de l’Agenda 2030 au sein des Nations Unies.

Dans le rapport 2020 de l’ONU sur les objectifs du développement durable, le Secrétaire général des Nations Unies António Guterres souligne que la réalisation de l’Agenda 2030 requiert « une immense volonté politique et une action ambitieuse de la part de toutes les parties prenantes». Le projet actuel de SDD 2030 ne traduit pas une immense volonté politique de la Confédération et ne permet pas non plus une action ambitieuse de toutes les parties prenantes, que ce soit l’administration fédérale, les citoyen.ne.s, la société civile ou les secteurs économiques pionniers et déjà engagés dans le développement durable.

En effet, le projet présente notamment un manque d’application systématique, des incohérences voire des lacunes dans la mise en œuvre de sa ligne directrice n° 5 « atteindre le développement durable par le partenariat ». Rappelons qu’il s’agit là des ODD 17 et 16.7, fondamentaux et transversaux à la réalisation de l’ensemble de l’Agenda 2030. En outre, il repose sur une vision très partielle et insuffisante des mécanismes favorisant les changements de comportement : l’information et la communication ne suffisent pas à provoquer le changement.

D’autre part, l’absence de mécanismes spécifiques de financement pour réaliser l’Agenda 2030 en Suisse et à l’étranger dénote également le manque de volonté et d’ambition à soutenir les changements et transformations nécessaires.

Par conséquent, l’ASNU estime qu’il y a une véritable urgence pour la SDD 2030 à répondre à l’urgence de la mise en œuvre de l’Agenda 2030 par l’urgence de la participation citoyenne et l’accompagnement aux changements, par un partenariat fort, et donc par une application systématique et cohérente des ODD 17 et 16.7. Un tel partenariat doit également reposer sur des capacités de financement additionnelles. Sans cela, les changements et les transformations collectives et individuelles ne pourront avoir lieu en moins de 10 ans.

Demandes :

  • Reconnaissance du rôle de la société civile et des citoyen.ne.s engagé.e.s comme moteurs du développement durable

Depuis de nombreuses années, nombre de citoyens et d’organisations sont des moteurs du développement durable à l’étranger et dans notre pays, nos communes, nos quartiers. Il faut pouvoir les associer à la SDD 2030 et mobiliser toutes leurs expériences, compétences, innovations, notamment en matière d’outils d’accompagnement du changement. En somme, il s’agit de mobiliser toute cette intelligence collective au service de la réalisation de l’Agenda 2030 et des transformations et changements requis.

La société civile joue également un rôle important dans le domaine de la formation, par exemple en offrant des ateliers de formation, de sensibilisation, à des publics spécifiques de diverses catégories d’âge et en intervenant dans le cadre du système de formation suisse.

  • Exemplarité de la Confédération dans la mise en place de processus de participation citoyenne

La transformation de notre pays par la SDD 2030 doit se faire avec la population. De nombreuses démocraties occidentales ont expérimenté avec succès des dispositifs de participation citoyenne dans des processus décisionnels, notamment sur des thématiques complexes, comme le montre une récente publication de l’OCDE. Indéniablement, la mise en place de tels processus pour la SDD 2030 permettrait d’associer étroitement la population et de la rendre véritablement actrice de la mise en œuvre de la SDD 2030. La SDD 2030 est une opportunité inédite de renouveau démocratique et d’innovation politique et de promouvoir une citoyenneté active de toutes et tous, dans le sens notamment de l’ODD 16.7. La Confédération doit pouvoir être leader en la matière et saisir cette chance d’être à la pointe de la démocratie et de la durabilité dans le cadre de l’élaboration, de la mise en œuvre et du suivi de la SDD 2030.

  • Inclusion de l’accompagnement au changement dans la coopération et le partenariat pour la mise en œuvre de la stratégie

L’ODD 17 doit être mis en œuvre de façon transversale, systématique et cohérente. Une politique d’information active telle que prévue dans le projet actuel est de ce point de vue insuffisante. Par exemple, le Plan Climat Vaudois a fait de l’accompagnement au changement un des piliers de son action lui donnant un caractère transversal. Dans ce plan, l’accompagnement au changement « se caractérise par des mesures de sensibilisation, de formation, de mise à disposition d’outils d’aide à la décision et de projets pilotes ». Accompagner le changement est une des clés fondamentales pour permettre la réalisation des changements vers une Suisse durable. Par conséquent, elle doit être inclue dans la stratégie pour le développement durable 2030.

Personne de Contact: Sebastian Justiniano Birchler )


Dons

Par virement:

Raiffeisenbank Bern
3011 Bern
En faveur de:
IBAN: CH53 8148 8000 0049 9586 1
Kontonummer: 30-507790-7
Gesellschaft Schweiz – UNO (GSUN)
Sonnenbergstrasse 17
3013 Bern